Les Émancipées

Tatyana Razafindrakoto
Un projet mené par
Tatyana Razafindrakoto

« Derrière l’envie de pénis se révèle l’amertume hostile de la femme envers l’homme, amertume dont les productions littéraires des « émancipées » présentent les signes les plus évidents. » Tabou de la virginité, Sigmund Freud, 1918

Le point de départ : Bye bye naïveté

Grâce à Sigmund Freud, avec lequel j’avais cru jusqu’ici être plutôt d’accord, ce qui restait de ma naïveté a trébuché sur les débris du vieux sexisme structurel et s'est évanoui à jamais… C’était quelque part au mois de janvier 2015, pendant le montage des textes pour la lecture que je devais concevoir et mettre en scène, soutenue par l’ensemble du collectif, à l’occasion du Printemps des Poètes. Cette édition avait pour thème « L’insurrection poétique » et j’avais choisi de l’aborder à travers les oeuvres et les témoignages de femmes poètes, artistes, ou de femmes tout court qui avaient un jour pris leur stylo pour s’exprimer sur leur condition de vie, leurs ambitions et les obstacles qui se dressaient immanquablement devant elles.

Une création engagée

Freud n’a pas été le seul à bousculer la mince illusion d’égalité entre les sexes que je trouvais rassurant d’agiter sous mon propre nez. Il était temps de remplir le creux laissé par ma naïveté ! Animée par un mélange de détermination, d'indignation et d'optimisme, j’ai chaussé mes lunettes débusqueuses de sexisme et j’en ai pris plein la vue ! Alors la lecture s’est transformée en objet théâtral engagé, en remue-ménage de nos vieux préjugés et en tremplin pour des personnages féminins forts, brillants et audacieux. Construite à partir des textes d’Andrée Chédid, Virginia Woolf, Patti Smith, Taslima Nasreen, Zoé Valdès ou encore Margaret Atwood (et la liste est encore longue), Les Émancipées a été jouée deux fois sous forme de lecture mise en espace, d’abord au Théâtre du Nord-Ouest, où nous avons fait salle comble, puis lors du Festival Melting-Spot.

Ici, maintenant, demain

Aujourd’hui, le projet a pris un nouvel élan : la pièce est en cours d’écriture et nous recherchons activement un lieu de résidence pour créer le spectacle en automne 2015. Le texte change mais pas l’ambition ni l’essence du projet : il racontera ce que c’est de naître fille, de grandir femme mais de choisir la voie de l’émancipation pour vivre libre et indépendante. Les Émancipées parleront de filles et de femmes que je connais, que j’ai rencontrées : celles qui font renaître des cendres des soutiens-gorge brûlés par nos grands-mères une volonté tenace d’accéder à l’émancipation et à l’égalité.

Tatyana Razafindrakoto