Le poème d’Atahana #13

Crève-coeur

 

La coupe est pleine

Le nettoyage a commencé !

Non, je n’éprouve aucune haine

Mais une déception à avoir été bafouée…

 

Pourquoi jouer avec moi ?

D’un côté, de l’autre …

Nous nous sommes pourtant aimées je crois.

Mais réside une bien grande différence entre l’être et le paraître…

 

N’est-ce pas toi qui associe mon coeur à la froideur du glaçon ?

Une âme de glace qui se plaisait pourtant à réchauffer la tienne.

Tu gommes les souvenirs, n’en veux-tu pas ? Ne serait-ce qu’un soupçon ?

Famille d’artistes : femme de théâtre et musicienne…

 

Nous voilà, toi, moi devenues étrangères.

Il te plaît de penser qu’avec toi j’ai toujours fardé…

Cependant le rôle que tu m’attribues m’indiffère.

Je sais ce que je suis, pourquoi ne faire que sembler…?

 

Devant les autres, je te découvrais différente

Toi, caché derrière un amas de sentiments enfouis

Dissimulant la sensibilité de ton être en une agressivité plus qu’apparente.

Je ne sais qui de nous deux est comédienne de vie…

 

Tu as trop joué au funambule sur le fil qui nous liait

Tantôt berçant à gauche, tantôt à droite.

Incompréhensible sensation qui m’a blessée…

Nous voilà désormais absentes.

 

Tu n’avais pas à te cacher -même s’il est vrai que tu t’exprimes au travers de tes chansons-

Je connais la profondeur de ce que tu es,

Et si l’on ne peut trouver de feu dans le glaçon,

Il fait mal de jouer avec la flamme alors qu’elle est déjà bien allumée…

Atahana 

18/01/2016