Le poème d’Atahana #4

Evoïne 

L’héroïne de mes fictions
Avec grâce reçoit,
La liberté infini d’un amour
Rêveuse, je l’imagine,
Eve de mes rêves
Ensorcelée de son effluve
Je m’y noie, m’y perds, y chavire.
Venise elle aussi s’y engouffre,
Eclairée de son arc-en-ciel
Dans lequel les gondoles se dissimulent.
L’éclat de ses yeux
A volé jusqu’à moi
Virevoltant tel un papillon ;
Lumière qui jamais ne me quittera.
Elle est celle que j’aurais voulu,
Celle qui, à d’autres horizons, s’enfuit.
Non retour d’un amour d’une liberté infinie
En moi, toujours elle sera.